Sénégal (témoignages)

voyage des jeunes de Thuir du 20 juin au 1 juillet

Du 20 juin au 1 juillet, 5 jeunes de Thuir, accompagnés par Pierre et Hélène, sont allés à Sébikotane pour construire, et utiliser le séchoir à fruits et légumes solaire imaginé par Pierre Toben et réalisé par Henri Fresno.

Mission réussie: les séchoirs fonctionnent, réduisant le temps de séchage, dans de bonnes conditions d'hygiène. L'association des jeunes de Sébikotane et les groupements féminins vont utiliser quotidiennement ce matériel afin de pouvoir conserver et peut être commercialiser les fruits.

Un jeune homme en service civique, ira promouvoir et développer cette technique, durant 6 mois; pour nos jeunes thuirinois ce fut une belle expérience, riche d'émotions et d'amitiés.

Madame Renée OLIVE, Présidente de l'association

 

Partage culturel au Sénégal pour des jeunes de Thuir

Du 20 au 30 juin dernier, Louis PREDAL, Jean-Baptiste OFFREDI, Kévin CADON et Élodie TORRES ont eu pour but de former un groupement féminin d’environ 12 femmes, sans ressource financière, de Sébikotane (village sénégalais) à la fabrication et à l’utilisation pratique et commerciale d’un séchoir solaire pour les fruits ou autres.

Voici le récit de cette initiative soutenue par le FDIJ (Fond départemental Initiatives Jeunes) :

"20 Juin 2013, arrivés en soirée à Dakar, nous avons été reçus par les gérants du Centre Tadjabone. Nous nous sommes mis dès le lendemain matin à présenter notre plan d’organisation pour la fabrication du séchoir et l’entretien du jardin du centre. Un programme a été établi avec les gérants sur les dix jours : les matinées ont été consacrées aux travaux de séchoir et de jardin et les après-midi aux visites et sorties dans le village et ses alentours.

En ce qui concerne le séchoir, le trésorier du centre a acheté le matériel nécessaire à sa fabrication grâce à la liste du matériel et au financement que nous lui avions fourni auparavant, via l’association Thuir Solidarité, marraine du centre. Le coût des matières premières pour le séchoir s’élève à 50 000 Francs CFA (soit 76 euros).

Après avoir fait la rencontre des groupements de femmes et de jeunes du village, présenté notre projet et le principe du séchoir, nous avons fait sécher avec l’aide des groupements quelques fruits dans le premier séchoir déjà sur place. En effet, les populations sénégalaises font principalement sécher leurs denrées sur un tapis ou un grillage posé sur le sol en terre. En séchant leurs aliments dans le séchoir, ils ne prennent pas la poussière, ni la pluie et ils ne sont pas mangés par les animaux en liberté (ânes, vaches, chevaux, chèvres, chiens, chats…). De plus le séchage est plus rapide et les aliments peuvent être conservés plusieurs mois.

Par la suite, accompagnés des jeunes de Sébikotane, nous sommes allés acheter des fruits, des légumes, du poisson dans le marché du village pour estimer le temps de séchage de chaque denrée dans le séchoir solaire suivant leur épaisseur à la coupe.

Pendant ce temps, nous avons commencé la fabrication  du deuxième séchoir avec les jeunes du village chaque matinée, tout en s’occupant du jardin du centre. La fabrication du séchoir a suivi son cours tout au long du séjour et les groupements de jeunes et de femmes y ont activement participé.

Une fois le deuxième séchoir abouti nous avons racheté des denrées pour les faire sécher dans celui-ci. Nous avons également estimé le prix de vente des produits séchés, selon l’affluence du produit dans les marchés.

L’association des jeunes de Sébikotane et les groupements féminins vont utiliser quotidiennement le séchoir afin de pouvoir conserver et peut être commercialiser les produits séchés. Un jeune homme en service civique est parti promouvoir et développer cette technique, durant 6 mois, d’octobre 2013 à mars 2014.

 

 

 

                   

 

Il aura fallu de nombreuses ventes de pâtisseries confectionnées par les dames de l'association sur le marché de Thuir, ainsi que l'aide de l'association et de ses membres, puis par la suite des foyers ruraux de Perpignan pour que ce projet aboutisse. L'idée originale du séchoir solaire par Mr Toben et réalisé par les soins de Mr Fresno nous a été proposée par l'association dans le but de conserver voire même de commercialiser les aliments séchés par ce dernier au centre Tadjabone, à Sébikotane. Le projet était donc de fabriqué un deuxième séchoir sur place, avec l'aide de l'association des jeunes du village et des groupements féminins, tout en participant activement à l'avancé des travaux de jardinage au centre. Tout se passa à merveille, aussi bien dans l'accomplissement du projet que dans les relations humaines très riche que nous avons pu faire. Ce fut un partage culturel très dense et fort enrichissant. Nous gardons contact avec les groupements de jeunes et de femmes du Sénégal, espérant pouvoir les retrouvés pour de nouveaux partages. Nous adressons nos sincères remerciements à toutes les personnes et organismes ayant participer de près ou de loin à ce projet, lui permettant d'aboutir. 

Elodie TORRES (jeune du voyage au Sénégal)

  

 
 

voyage du 25 février au 16 mars 2013

Une délégation de 8 membres de Thuir Solidarité s’est rendue à Sébikotane, à ses frais, du 25 février au 16 mars afin de réceptionner 2 containers de mobilier scolaire, de matériel médical, de livres, d’outillage, de vélos, d’ordinateurs destinés aux écoles, au lycée, au poste de santé, à la maternité.

Le matériel a été distribué et la délégation a pu vérifier que ce matériel est nécessaire, bien utilisé par des structures qui manquent de tout. La population et les autorités ont organisé une fête pour remercier l’Association. L’école Keur Fa est venue au complet remercier et nous réciter un magnifique poème (voir ci-dessous), pour la journée de la femme.

La délégation logée au centre Tadjabone a pu apprécier le confort des cases et la délicieuse cuisine d’Aura,  la cuisinière.

Madame Renée OLIVE, Présidente de l'association

poème :

A ma mère

 

Ô mère

Femme simple

Sur ton dos j’ai dormi

Quand tu pilais le riz pour le repas du soir

Quand tu allais vers les champs

Le matin

Et par tous les temps

 

Ô mère

Femme simple

Pour ton lait

Et pour tes chansons

Pour le bonheur dans ta maison

Je te remercie

Mille fois

 

Ô ma mère

 

   

   

 

L'accueil à l'aéroport fut sympathique avec Monsieur Cissé et Mamadou le chauffeur. Bonne chaleur comme prévu. Nous étions installées dans la case "Keur Josette".

Nous avons enchaîné les visites : maternité, écoles KEUR FA et SEBISSOU ou nous avons toutes été charmées par les enfants, la ténacité des enseignants et émus par tant de chaleur humaine et de discipline.

Les échanges ont été fructueux.

Nous avons très bien mangé grace à Awa, nous regrettons de n'avoir pa pu goûter à plus de spécialités locales, tisanes, desserts et autres délices.

Des affinités se sont faite savec quelques personnes du comité de gestion et le groupement des femmes. Nous n'étions pas préparées à ce choc de culture, notamment la lenteur et la nonchalance ; ce fut peut-être un mal pour un bien ?

Nous avons fait un peu de tourisme.

Globalement le séjour fut riche d'enseignements.

Il me semble très important qu'un séjour solidaire doit être bien organisé par toutes les parties concernées pour qu'il se déroule au mieux tant sur le plan matériel qu' humain.

Ce centre peut prendre toute sa valeur, même s'il manque un peu de matériel, en installant de la cohésion entre tous ces acteurs et beaucoup d'élan pour faire avancer les choses. A notre avis, c'est ce qu'il manque le plus LA COHESION et l'ENVIE LOCALE.

Mesdames BAUDIN Carole et Danielle

 

 

     

 
 
La journée débute dès l'aube quand le chant de l'appel à la prière est annoncé par le muezzin. Nous partageons le petit déjeuner avec le couple qui nous accueille en compagnie des moutons et des poules du foyer.
Puis les enfants se réveillent tranquillement  et les aînées commencent les tâches ménagères. L' une à la lessive, l'autre à la vaisselle et la maman à la préparation du repas. Aujourd'hui, ce sera poulet yassa. Une longue préparation où il faut plumer et éviscérer le poulet puis trier le riz de ses imperfections, nettoyer les légumes et  cuisiner au charbon de bois.Quelle admiration devant cette femme et ses filles qui travaillent dur tous les jours!!! Tout est fait avec leurs mains,aucun appareil domestique dans la maison. Et tout cela dans la bonne humeur et sans stress. Et quand vient l'heure du repas tout simplement succulent! 
Nous nous accordons une petite sieste entre filles pendant que les hommes bavardent sur la place du village.
En fin de journée les petits rentrent de l'école et les grands du travail. Tout le monde se retrouve autour d'un thé,racontant sa journée. Nous ressentons le vrai esprit de famille et quel bonheur de savoir qu'en 2013 toutes ses valeurs n'ont pas disparu. 
Après une soirée de rigolades nous rentrons au centre le coeur rempli de joie. Convaincus que cette famille est heureuse, avec l'essentiel et d'une très grande richesse intérieure.
Tout au long de notre séjour, les rencontres que nous avons eu ont confirmé que les sénégalais ont su conserver les vrai  valeurs de la vie.
 Nous remercions le centre Tadjabone pour nous avoir permis de vivre tous ces moments. C'est un lieu très agréable où nous avons partagé des travaux de maçonnerie pour la construction d'un abri de vélos.
Difficile de repartir en France mais tout à une fin et nous reprenons le" boulot, dodo" avec la hâte de repartir à Sébikotane.
 
Henri et Karine